Présentation du RESHAOC

Le RESHAOC ou Réseau des Hôpitaux d’Afrique, de l’Océan Indien et des Caraïbes est un réseau qui résulte de la volonté des hospitaliers de mettre en commun leurs ressources humaines et matérielles, dans le cadre d’une collaboration inter-hospitalière.

HISTORIQUE

Depuis une quinzaine d’année, des Rencontres Hospitalières, organisées en partenariat avec la Coopération Française, ont lieu tous les deux à trois ans en Afrique. Ces Rencontres Hospitalières se sont successivement tenues à Abidjan (1990), Brazzaville (1992), Bobo-Dioulasso (1994), Ouagadougou (1996), Dakar (1997), Douala (1998), Libreville (2000), Bamako (2003), Cotonou (2005) et Casablanca (2007).

Elles permettent des échanges entre les différents hôpitaux du sud et du nord et sont organisées autours d’un thème principal.

Lors des Rencontres de Libreville le thème était celui des projets d’établissements, lors de celles de Bamako le thème était celui de la maintenance hospitalière et à Cotonou la démarche qualité a constitué le thème central. Ces Rencontres Hospitalières constituent des forums scientifiques d’échanges et de formation d’ampleurs internationales.

Lors des Rencontres Hospitalières de Ouagadougou en 1996, afin de favoriser le développement de ces échanges entre hôpitaux du sud en dehors de ces réunions périodiques, il a été décidé de créer un Réseau des Hôpitaux d’Afrique de l’Ouest (RESHAO).

Le RESAHO s’est élargi lors des rencontres de Douala en 1998 pour devenir "le Réseau des Hôpitaux d’Afrique, de l’Océan Indien et des Caraïbes" (RESHAOC).

Le RESHAOC est composé d’un Secrétariat Exécutif et d’une Assemblé Générale.

Le Secrétariat Exécutif a eu pour siège :

* Ouagadougou de 1996 à 1998 (secrétaire exécutif Jean Testa puis Idrissa Ouédraogo)
* Bobo-Dioulasso de 1998 à 2000 (secrétaire exécutif DOH Fiero Albert)
* Bamako depuis 2000 (secrétaire exécutif Marie-Madeleine Togo)
* Cotonou depuis juin 2005 (secrétaire exécutif Pascal Omyalé jusqu’en septembre 2007 et depuis cette date : Idrissou Abdoulaye)

L’assemblé générale du RHESAOC a eu pour président

* Pr Cuisinier -Raynald (Hôpital Principal de Dakar)
* Dr Solle Jérémie (Hôpital Général de Douala)
* Pr Duboze (Hôpital Général de Libreville)
* le directeur du CNHU de Cotonou (Cdt Degan puis Dr Rafatou Toukourou puis M. Pascal Omyalè)
* M. Belkadi Mohammed Said (Centre Hospitalier Ibn Tofail de Marrakech)
* M. Massamba Diop (Centre Hospitlaier de Kaoloack) depuis septembre 2007

LES OBJECTIFS (définis lors des rencontres hospitalières de Ouagadougou)

L’objectif principal du RESHAOC est :

* de favoriser la communication et d’encourager les échanges en vue d’instaurer un réel partenariat technique et scientifique entre les différents acteurs hospitaliers.

Les objectifs secondaires sont de :

* contribuer au développement de moyens de communication par la connexion des établissements à l’Internet, ou à tout autre moyen électronique,
* contribuer à l’installation de moyens d’information dans une vision médico-économique au sein des établissements hospitaliers,
* travailler à la promotion des initiatives innovantes afin de favoriser la production de données techniques, médicales et scientifiques.
* mettre à la disposition des autres membres les résultats de ses travaux (scientifiques, informatiques, de gestion, etc.), notamment grâce au serveur internet.

LES MOYENS FINANCIERS

Si le RESHAOC a bénéficié d’une subvention régulière de la Coopération Française (5 millions de FCFA par an) depuis sa création jusqu’en 2004, il ne vit actuellement que des cotisations de ses membres :

Les tarifs sont établis dans les conditions suivantes :

Les établissements hospitaliers publics et privés adhérents des pays du RESHAOC :

* Frais d’adhésion : 100 000 ( cent mille) francs CFA
* Cotisation annuelle : 200 000 (deux cent mille) francs CFA.

les personnes physiques et morales, autres que les établissements hospitaliers, membres associés :

* Frais d’adhésion des personnes physiques et morales : 100 000 (cent mille) francs CFA.
* Cotisation annuelle :

Personnes physiques : 50 000 (cinquante mille) francs CFA (forfait minimum).

Personnes morales : 250 000 (deux cent cinquante mille) francs CFA (forfait minimum)



{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}